Le plus gros troll MAC VS PC

0
940

Quand Julien Guillot , journaliste, abandonne le mac au profit du PC il met toute une mauvaise foi à commenter sa mésaventure … Le nouvelObs se met aux trolls c’est sûr !

Mac VS PC: des combats de religion !

Le PC est en train de disparaître. Pourtant, dans une démarche totalement contraire à la tendance générale, j’ai du abandonner mon Mac pour un PC. Voyage au bout de l’enfer.

Le marché de l’informatique personnelle est en profonde mutation depuis cinq ans. D’un côté, les smartphones et les tablettes se substituent de plus en plus à l’ordinateur. De l’autre, le PC sous Windows, autrefois ultra majoritaire est en déclin au profit du Mac dont la croissance est largement supérieure. Les raisons sont multiples : un effet de mode sans doute, le design très soigné des iMac et autre MacBook Air, la simplicité et la facilité d’utilisation du système d’exploitation mais certainement aussi l’absence de virus. Bref, de plus en plus d’anciens utilisateurs de PC se convertissent. On trouve même des livres qui expliquent comment « Passer du PC au Mac » (co-signé par Corentin Orsini et l’auteur de ces lignes).

Des ordis très puissants, mal exploités

J’ai donc récemment fait exactement l’inverse. J’ai abandonné mon MacBook Pro pour une superbe tour PC de la marque DELL. Ce n’était évidemment pas volontaire. J’y ai été contraint par un changement professionnel. Et je n’ai pas été déçu. Chaque matin, entre l’allumage et le moment où mon ordinateur devient opérationnel, il se passe entre 10 et 20 minutes. Quelques minutes pour le démarrage, plus quelques minutes pour ouvrir ma session réseau, puis quelques minutes pour que chacune de mes applications soient lancées et réactives. Ce ne sont pourtant pas des logiciels très exigeants : Outlook, Firefox, Word, Excel.

Au début, je me suis dit que j’avais hérité d’un vieux coucou complètement dépassé. Déjà que le système Windows XP n’est pas de première jeunesse. Après vérification, j’avais sous le capot un Intel Core 2 Duo E8400 à 3 GHz avec 2 Go de RAM. Ça ne vous parle pas ? Pour moi c’est à peu de choses près l’ordinateur le plus puissant que j’ai jamais utilisé… sur le papier.

Passé ce temps de mise en service, toute la logique de Windows s’impose à moi de manière un peu brutale. Pour connecter un lecteur réseau, pour faire un copier-coller, toutes les procédures sont différentes. J’ai trouvé comment taper un « À » en quatre touches (contre deux touches sur Mac) mais j’ai encore besoin de trouver comment faire un É ou un È ou encore un œ. Le PC n’aime pas vraiment la langue française. D’ailleurs, je n’ai pas encore compris pourquoi, mais la langue du clavier passe au Qwerty une bonne quinzaine de fois par jour. Certains messages mystérieux s’affichent parfois, comme celui qui me prévient que des icônes sont non utilisées sur mon bureau. Et alors ?

Problèmes d’ergonomie

Par rapport à Mac OS X, Windows XP est incroyablement laid et peu intuitif : gros bords de fenêtres, redondance des fenêtres de documents et d’applications, aucune fonction pratique comme Exposé ou Mission Control. Pas de boutons de volume sur le clavier, il faut cliquer sur une icône de haut parleur en bas à droite de l’écran (pas toujours affichée), attendre une seconde qu’un curseur apparaisse puis le saisir et glisser la souris. C’est encore plus long si l’ordinateur est en train de ramer.

De retour sur un Mac après quelques jours, j’applique spontanément les raccourcis clavier de windows (ctrl+C, ctrl+V au lieu du bon vieux Pomme+C, Pomme+V). En quelques semaines, Microsoft et Dell ont réussi à conditionner mon corps pour cela. Cela dit, quand je vois la contorsion que fait ma main gauche pour faire un simple copier-coller sur PC, je comprends pourquoi la plupart des pécéistes que je connais le font systématiquement avec un clic droit.

Après quelques semaines, je m’interroge : comment un truc aussi mal fait que le PC a pu être autant dominateur pendant 20 ans ? On constate un peu le même phénomène aujourd’hui avec les téléphones Android qui souffrent d’un manque de finition et d’ergonomie incroyable. Sans parler deperformances décevantes voire très en retard sur l’iPhone ou l’iPad. Espérons que le futur Windows 8 change la donne.

 

Allez soyez sympa … désinstallez lui Windows ME

Source: http://leplus.nouvelobs.com/contribution/330218-je-suis-passe-du-mac-au-pc-voyage-au-bout-de-l-enfer.html